Stage : venez découvrir l’expérience d’Anna à Décathlon

IMT Lille Douai vous propose un parcours professionnalisant avec la possibilité de faire un stage chaque année de votre cursus.

Découvrez le parcours d’Anna qui est en lice pour le prix de la Fondation Mines-Télécom catégorie meilleur stage de fin d’études !

Quel a été votre parcours à IMT Lille Douai ? Quelle spécialité avez-vous choisie ?

J’ai démarré mon parcours en post-bac dans la filière initiale. J’ai donc suivi deux années de cycle de base, ou autrement dit prépa intégrée. Par la suite, au cours des trois années de spécialisation, j’ai eu l’opportunité de réaliser un semestre d’études à l’École de Technologies Supérieure (ÉTS) à Montréal. (L’ETS t’intéresse ? découvre le parcours de Nicolas en double-diplôme).

C’est dans les domaines de la programmation de systèmes d’exploitation et de systèmes ordonnés, ainsi que dans la modélisation et la gestion des processus métier des systèmes d’informations que je me suis dirigée. En dernière année, ayant un réel attrait pour le domaine de l’infrastructure, j’ai fait le choix de me spécialiser dans l’intégration de services et dans la sécurité des réseaux et systèmes.

Pourquoi devenir ingénieure ?

L’informatique était un domaine qui m’intéressait tout particulièrement. D’abord, parce qu’il est dynamique et source d’innovations, mais aussi parce qu’être ingénieure dans ce secteur permet d’apprendre en permanence et offre des possibilités d’évolution de carrière intéressantes. Le diplôme d’ingénieurs est également, de manière générale, un titre reconnu par les entreprises et qui atteste d’apprentissages théoriques et techniques solides, ainsi que de nombreuses expériences professionnelles. C’est pour toutes ces raisons que j’ai souhaité devenir ingénieure informatique.

Comment avez-vous trouvé votre stage ?

C’est grâce aux partenariats développés par IMT Lille Douai avec de nombreuses entreprises que j’ai eu l’opportunité de réaliser un premier entretien avec d’anciens élèves de l’école employés par Decathlon. J’ai alors pu être dirigée vers les équipes qui correspondaient le mieux à mes projets de début de carrière, ce qui m’a permis de réaliser ce stage de fin d’études.

En quoi consistait votre stage ? Quelles étaient vos missions ?

Au sein de Decathlon, j’étais intégrée à l’équipe en charge de l’outil Terraform. Il permet, notamment, de déployer de manière automatisée des infrastructures sur un environnement cloud. Étant donné la volonté de Decathlon de migrer l’ensemble de son informatique vers des clouds publics, cet outil est apparu comme indispensable. En effet, c’est un outil très récent, qui révolutionne la manière de provisionner et de maintenir les infrastructures informatiques. Il a donc été nécessaire de mener une refonte des méthodes de travail ainsi que des processus techniques pour permettre une utilisation efficace. Pendant les six mois passés dans cette équipe, j’ai participé à l’intégration de Terraform au système d’informations de l’entreprise. Mes deux principales missions étaient, d’une part, d’accompagner les utilisateurs dans la prise en main de Terraform, de résoudre les incidents qu’ils rencontraient mais aussi de réaliser des développements pour le compte d’équipes dans des cas spécifiques et complexes. D’autre part, j’ai étudié la nouvelle version de l’outil, qui comprenait de nombreux changements et qui, une nouvelle fois, allait provoquer des évolutions tant au niveau technique que des
processus. Cette étude m’a permis d’évaluer les risques, les impacts du projet, et de proposer un plan de montée de version applicable par l’ensemble des utilisateurs.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Je pense que la principale difficulté que j’ai rencontrée a été de gérer l’étude de la nouvelle version de Terraform, de bout en bout et en autonomie. Il a fallu définir les objectifs, planifier les différents jalons, mettre en place la communication adéquate ou encore mener des tests et les documenter. J’ai cependant eu la chance d’être accompagnée par des collaborateurs expérimentés pour me conseiller à chaque étape du projet.

Que représente cette nomination pour vous ?

Je suis honorée d’être nominée pour ce prix organisé par la Fondation Mines Télécom. C’est l’opportunité de mettre en avant des sujets et des domaines d’avenir, innovants techniquement, et qui mettent en lumière la diversité des métiers d’ingénierie. C’est également l’occasion de promouvoir les formations proposées par les écoles de l’Institut Mines Télécom. Il est également important pour moi de faire remarquer que cette année, sur six nominations dans la catégorie des meilleurs stages, cinq femmes ont été sélectionnées. C’est donc avec entrain que j’y participe car il est important de voir des femmes représentées et saluées pour leurs réalisations dans des domaines qui peinent encore à se féminiser.

Des conseils pour les élèves dans la recherche de stage et en entreprise ?

Le conseil que je pourrais donner est de participer aux forums proposés par l’école et aux entretiens organisés par des entreprises dans les locaux d’IMT Lille Douai, parce qu’ils offrent de nombreuses opportunités et les partenaires proposent des sujets de stage variés et formateurs.

 

Quel poste occupez-vous aujourd’hui et quelles sont vos missions ?

Je travaille aujourd’hui chez Euro Information, filiale du Groupe Crédit Mutuel-CIC, qui gère l’informatique des différentes entités bancaires, en tant qu’ingénieure infrastructures cloud. Je fais partie de l’équipe-projet qui met en place une offre d’hébergement cloud privé aux autres équipes informatiques. Je suis donc en charge, avec mes collègues, de proposer un catalogue de services IaaS, PaaS et CaaS (Infrastructure/Platform/Container as a Service) en mettant en place des processus automatisés, flexibles et durables.