Double-diplôme : devenez Ingénieur Civil Architecte !

IMT Lille Douai propose un double-diplôme avec l’Université de Mons en Belgique te permettant de devenir ingénieur civil architecte.

Découvrez le parcours d’Hadrien qui a tenté cette expérience !

 

 

Quel est votre parcours scolaire ?

J’ai fait une prépa en deux ans sur Orsay (PCSI, PSI) qui m’a mené à passer le concours Mines-Télécom. J’ai intégré ensuite IMT Lille Douai.

La première année est une année généraliste ; c’est en deuxième année que nous choisissons une spécialité (Génie Civil pour ma part) et nous gardons un tronc commun avec les autres spécialités.

Intéressé par l’architecture, j’ai choisi, en dernière année, de faire un double-diplôme à Mons pour compléter mon parcours.

Pourquoi choisir IMT Lille Douai ?

J’ai choisi IMT Lille Douai parce que le réseau est réputé et important, ce qui est un avantage pour sa carrière : beaucoup d’entreprises (surtout françaises mais aussi internationales) connaissent notre réseau et la réputation de l’école.

Quel double-diplôme préparez-vous actuellement et pourquoi ?

Je prépare un double-diplôme ingénieur civil architecte à la Faculté Polytechnique de Mons.

Tout d’abord, je l’ai choisi parce que ce double-diplôme me permettait d’avoir une formation encore plus complète. C’est un vrai plus d’avoir cette double compétence dans le domaine du bâtiment.

L’architecture me plaisait depuis longtemps. J’ai d’ailleurs hésité à me lancer d’abord dans une école d’architectes. Mais ce double-diplôme a su combiner mon envie de faire de l’architecture tout en étant un ingénieur.

Qu’aimez-vous dans ce pays ?

Les frites : c’est cool !

D’un point de vue global, je dirai la culture belge, il y a d’ailleurs pas mal de fêtes folkloriques. Mons est une ville très animée, avec une ambiance très sympa (capitale culturelle 2015)!

Les fêtes étudiantes valent le coup et permettent d’échanger avec beaucoup d’étudiants étrangers.

Qu’est-ce que vous apporte cette expérience tant sur le plan professionnel que personnel ?

  • D’un point de vue professionnel :

Cette expérience m’apporte des compétences supplémentaires. Par exemple, lorsque je faisais mon cursus à IMT Lille Douai, lorsque nous avons un intérêt pour le bâtiment, l’Ecole t’enseigne soit le génie civil (la structure, le béton), soit les énergies, l’électricité, etc. Cependant, on ne nous montre pas assez comment collabore tout cet ensemble dans un projet.

Exemple simple, un immeuble ce n’est pas juste du génie civil, nous avons de la thermique du bâtiment, de l’électricité, des réglementations d’accessibilités… ce qui est intéressant c’est de voir tous les aspects qui le composent.

Avec ce double-diplôme, on sait comment, tous ces acteurs fonctionnent ensemble. D’un point de vue management de projet, cela permet d’être plus cohérent, pertinent, et donc efficace. On arrive à avoir une vision plus globale et complète de son projet.

Aussi, cette double-compétence architecte-ingénieur est un profil extrêmement recherché, puisque nous sommes qualifiés dans ces deux domaines.

  • D’un point de vue personnel :

Ce cursus m’a permis de développer ma capacité de m’affirmer, de défendre un projet, des idées. En effet, sur un projet architectural, nous n’avons pas de solutions uniques, seulement des besoins auxquels répondre. Tout dépend de sa sensibilité, des choses que l’on souhaite faire ressortir. Ainsi, il faut arriver à faire valoir son point de vue.

Comment se passent les cours ?

Les cours se passent bien, nous sommes une petite classe (15 à 20 élèves max), ce qui est vraiment appréciable puisque les professeurs sont plus facilement disponibles, on peut facilement interagir avec eux. Les enseignants sont très motivés, on ressent réellement qu’ils aiment ce qu’ils font, que ce sont des experts dans leur domaine.

Nous avons pas mal de TD ce qui nous aide à gagner des compétences pratiques.

Nos cours se divisent en deux services : un service architecture et un service ingénierie.

Ce qui est vraiment super, dans tous les cas même si le cours a comme sujet principal l’architecture, les professeurs font toujours un parallèle avec des notions d’ingénierie et inversement : Ces deux grands thèmes sont toujours mis en lien.

Par exemple, nous avons des cours sur le patrimoine en architecture, nous allons avoir des références sur ce qu’il est possible de faire ou non d’un point de vue ingénierie pour préserver ce patrimoine.

C’est un programme vraiment complet.

Quelles sont vos matières préférées ?

J’aime beaucoup le design paramétrique. On modélise le bâtiment sur ordinateur et l’on peut faire varier facilement les paramètres pour faire évoluer le modèle. Un bon  exemple est la Metropol Parasol de Séville.

Les cours en rapport avec le patrimoine, comme celui de « Intervention dans l’existant ». Par exemple, nous avons pu étudier le cas de Notre-Dame, analyser celui-ci, se questionner sur la rénovation de ce monument, les conséquences éthiques, des questions pratiques. Ces cours développent notre réflexion.

Nous avons une matière en expertise avec des cas concrets. Par exemple, une maison qui présente des fissures ou bien un pourrissement de la charpente. Il faut identifier les causes et ensuite proposer une/des solutions pour résoudre ce problème.

Quel est le projet dont vous êtes le plus fier d’avoir réalisé à l’Université de Mons ?

Je dirai qu’il s’agit d’un projet en architecture paramétrique. Nous avons dû proposer tout un dossier pour réaliser un escalier d’observation pour le parc animalier de Pairi Daiza[1].

Ce qui était très intéressant, c’est que nous devions penser à tous le parcours des visiteurs, situer cet escalier dans ce parc immense, choisir les bons matériaux en fonction de l’impact paysagé voulu. Il fallait aussi penser aux personnes à mobilité réduite. Ce projet avait pour but d’alimenter la réflexion d’une vraie réalisation.

Quels sont vos conseils pour les étudiants souhaitant faire un double-diplôme et avoir une expérience à l’étranger ?

Foncez ! C’est vraiment une expérience géniale ! Le cursus, la vie là-bas sont vraiment intéressants !

N’hésitez pas aussi à visiter le pays pour développer votre ouverture d’esprit, voir comment se passe la vie à l’étranger. Même si la Belgique est un pays frontalier avec la France, elle réserve de nombreuses surprises 😉

Il ne faut pas oublier aussi de travailler à côté, trouver un juste milieu entre le travail demandé et la découverte d’un pays.

Et après ce double-diplôme ?

Après ce double-diplôme, je vais rechercher mon premier emploi. Je me renseigne actuellement pour  travailler en bureau d’études.

J’aimerai, en effet, faire quelques années dans les bureaux d’études et développer au maximum mes connaissances en structure et stabilités et proposer des solutions innovantes pour répondre à des besoins architecturaux. Aussi dans ce type d’organisation, nous retrouvons vraiment un côté challengeant, ça permet de développer encore plus ses compétences et pour moi avoir une vraie spécialité dans la structure.

Ensuite, je souhaiterai me diriger plus vers le management de projet pour mener d’autres ingénieurs sur tous les domaines touchant à la création d’un bâtiment, et garder personnellement la partie structure. Pour cela, je dois obtenir une habilitation pour pouvoir proposer mes propres projets de A à Z, les signer et avoir des impacts décisionnaires plus importants.

Quelles sont les qualités que doit avoir un ingénieur ?

Il faut savoir se remettre en question, posséder un sens critique notamment sur les informations reçues et sur ton propre travail afin d’être sûr de faire un projet de qualité. Ces qualités sont aussi présentes dans le côté management du métier d’ingénieur.

Être à l’écoute est aussi très important surtout quand on doit manager des équipes.

Il faut être curieux, savoir ce qu’il se fait à droite à gauche, connaître l’actualité dans son domaine. Surtout on doit essayer de comprendre le « pourquoi » de tout ce que l’on entreprend. Le métier d’ingénieur nous offre la possibilité d’apprendre en continu, c’est l’une de ses nombreuses richesses.

[1]  Parc zoologique belge wallon, très réputé, avec plus de 2 millions de visiteurs en 2019.